Tout savoir sur la pédagogie Freinet

Continuant à séduire les enseignants dans le monde entier, la pédagogie Freinet a révolutionné le monde de l’apprentissage avec des techniques naturelles. Ces dernières consistent à laisser l’enfant s’exprimer pour apprendre plus facilement et spontanément. Pour aider les plus jeunes à s’améliorer et évoluer, cet instituteur a été le premier à recourir aux fichiers auto correctifs.

Fondement de cette technique

Basée sur l’expression libre des enfants, la pédagogie Freinet a vu le jour durant le XXème siècle. C’est le pédagogue Célestin Freinet qui est à la tête de cette pédagogie originale qu’il considère comme une « technique » destinée à évoluer au fil des ans. Cette technique englobe notamment l’individualisation du travail, la production de textes libres, la correspondance inter-scolaire, l’imprimerie et le journal scolaire, les dessins libres, etc.

C’est en 1964 qu’a été publié son ouvrage ayant pour titre « Les techniques Freinet de l’école moderne ». Dès lors, ces techniques ont été adoptées par de nombreux enseignants en France et dans le monde entier. Suite à celles-ci, le pédagogue suisse a mis en place le mouvement de l’Education nouvelle dès 1999. Cette pédagogie reste pratiquée et prisée de nos jours.

L’origine de cette pédagogie Freinet

En 1934, alors que Freinet construit son école de Vence, il observe Madeleine, sa fille qui apprend à lire et à écrire. Celle-ci commente alors ses dessins, écrit les noms qu’elle connaît et invente des petites histoires. Ainsi, plutôt que de lui enseigner les leçons traditionnelles, il la laisse s’exprimer à sa guise. Au fil du temps, il constate que sa fille s’approprie l’orthographe des mots et lit facilement les textes imprimés. Après avoir gardé tous ses essais, il écrit une brochure intitulée « Méthode naturelle de lecture » après la guerre.

Pour lui, aucun modèle ne doit être imposé aux enfants notamment pour le dessin où la même évolution est remarquée depuis les premiers gribouillis jusqu’aux croquis plus élaborés. L’échange avec les autres est ainsi essentiel à l’expression naturelle des plus jeunes.

En s’appuyant sur ces cas particuliers, Freinet démontre que les apprentissages commencent avec le tâtonnement expérimental. Selon lui, c’est en expérimentant, en comparant, en observant, en imaginant des théories et en vérifiant que les enfants apprennent les lois des mathématiques, de la grammaire, du langage et des sciences.

Des fichiers auto correctifs pour les enfants

Afin de maîtriser une discipline, l’enfant doit faire des exercices systématiques servant à appuyer la démarche de tâtonnement expérimental. Il est primordial que ces exercices viennent après cette dernière pour éviter toute contrainte à les effectuer de la part de l’enfant. Cette période de découvertes permet ainsi aux plus jeunes de s’exercer spontanément et sans se lasser.

En étant le premier à utiliser les fichiers auto correctifs, Freinet montre que l’enfant est capable de se corriger lui-même et de travailler à son propre rythme. Cet instituteur est à la tête de la boîte enseignante incluant une bande programmée imprimée destinée à encourager les enseignants à privilégier le tâtonnement expérimental dans l’apprentissage. Les livrets programmés moins chers et moins encombrants remplaceront par la suite cette boîte enseignante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *