L’e liquides de votre cigarette électronique

Vapoter un e-liquides que vous appréciez avec une posologie de nicotine adéquate à vos attentes est nécessaire pour votre transit de la cigarette normale à la cigarette électronique. De ce fait, la sélection de votre e-liquide tient la même importance que le choix de la vapoteuse elle-même.

L’e-liquides est la mixture que vous insèrerez dans votre clearomiseur afin de jouir des bienfaits du vapotage. Il est constitué de 2 composants primordiaux : le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG). Tous deux possèdent des particularités qui leur sont propres. Pour mieux les connaître, voici un petit guide e-liquide, spécialement élaboré pour répondre à vos questions.

Tout connaître de la glycérine (VG)

La glycérine végétale détient des spécifications distinctes et quelquefois additionnelles au PG. C’est une vieille matière que l’on décrochait au moment de la création du savon. D’apparence épaisse et visqueuse, la VG n’a ni couleur ni odeur et est dépourvue de toute toxicité. Elle détient aussi des goûts sucrés. La VG a la possibilité d’être introduite à des dosages distincts dans le liquide de vapotage selon les désirs et besoins du vapoteur.

Les caractéristiques

La VG est une solution que vous trouverez dans les boutiques de bien-être. C’est aussi grâce à cela que vous aurez la possibilité de repérer de la VG bio. C’est une matière douce aux qualités hydratantes et apaisantes.

Ce produit est spécialement employé dans le secteur des cosmétiques. Elle a des caractéristiques de conservation pour les soins. C’est pour cela qu’elle peut être utile dans les cas de création de cosmétiques domestiques.

Par ailleurs, elle peut aussi jouer le rôle de dégraissant pour votre linge et les sociétés pharmaceutiques l’emploient pour générer des suppositoires et des laxatifs.

État des risques

Il est important de préciser que la VG ne présente aucun risque. Vous pouvez en user sans recourir à des gants, vu qu’on la distingue dans la constitution de quelques soins du corps, shampoings et gel de douche.

Pour ce qui est de son taux de toxine lors du vapotage, elle fait encore polémique. D’après quelques professionnels, la VG aurait la capacité d’être toxique quand elle parviendrait à une température au- dessus de 280°C. Toutefois, ce problème ne concerne pas le vapotage, car la VG ne parviendra jamais à cette température avec une e-cigarette, dans des cas normaux d’usage. La VG ne présente de ce fait, aucun péril pour la santé, à l’image de la nicotine à mesure réfléchie.

La mission de la VG dans l’e liquides pour la cigarette électronique

Pour appréhender la mission de la VG, il est primordial de connaître le rôle du PG. Ce dernier est employé pour donner une impression de hit en gorge. Autrement dit un picotement quand la vapeur est inhalée. On l’utilise aussi pour appuyer le goût des arômes, et pour s’apparenter au maximum des impressions de la cigarette ordinaire.

Par contre, la VG offre la possibilité de procurer quelque sentiment de douceur à votre vape. Elle est spécifiquement employée pour générer de la fumée en nuage.

Dans la plupart des flacons d’e liquides commercialisés en France, on distingue un dosage de 70 à 80 % de PG et de 30 à20 % de VG.

Néanmoins, il est envisageable d’employer un e-liquide composé de beaucoup de VG (High VG), voire des full VG ou 100 VG, autrement dit dépourvu de PG et totalement avec de la VG. Pourtant cela exige une e-cigarette ou au moins un dispositif et des instruments adéquats.

Dispositif adéquat au full VG

Il est utile de rappeler que la VG est une matière épaisse et visqueuse. Cette viscosité complique l’approvisionnement du fil résistif en charge de la vaporisation. Dans le cas où la résistance manque d’alimentation, alors le consommable se tarit. Vous craignez de respirer une grande déshydratation au moment du vapotage, communément connu sous le nom de « dry hit ».

À dosage élevé, la VG dans les e liquides encoure de salir votre résistance. Ce qui vous contraindra à faire une maintenance stricte. Si cela continue ainsi, votre cigarette électronique ne subsistera pas longtemps.

Malgré tout, vous avez la possibilité de vapoter des e liquides avec ou dépourvu de nicotine full VG en vous munissant des atomiseurs rechargeables, qui sont des accessoires adéquats du genre dripper (RDA) ou tank-atomiseurs reconstructible (RBA). Vous pouvez aussi employer des flacons full VG avec un excellent clearomiseur de type « sub ohm », possédant des résistances avec de grandes ouvertures.

Les avis concernant l’e liquide au PG

D’un côté, plusieurs vapoteurs regardent le PG comme étant la base pilote d’arômes idéale. Tandis que de l’autre, beaucoup d’experts la jugent comme étant la source des cas de perte d’e-liquide, à cause de sa constitution trop fluide, non liquoreuse.

Quand bien même que le produit détiendrait d’excellentes références scientifiques, beaucoup de vapoteurs ne tombent pas toujours sur des repères synthétiques qui leur offrent la possibilité de calculer entièrement l’importance de ce composant dans la vape.

Critères physico-chimiques et méthodes de création du PG

Parmi tous les éléments dont on s’aide dans la constitution des recharges pour e-cigarette, le PG est scientifiquement le plus élémentaire. C’est une moléculaire polaire qui est insipide, inodore, incolore et qui offre le pouvoir de rendre soluble beaucoup de molécules aromatiques.

Muni d’une température d’effervescence de 187°C et une température d’union de -60°C, le PG est très indiqué pour les arômes à dosage élevé de molécules polaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *